Et pendant ce temps là, qui parle des besoins de bénévoles ?

Les dossiers de la rentrée occupent déjà tout l’espace politique et médiatique.La réforme des retraites, l’Europe, les soubresauts de notre gouvernement, mais aussi un sujet que l’on ne pourra éviter la dépendance. Ces sujets sont essentiels pour notre avenir et il est normal qu’ils accaparent l’attention de tous.

Mais pendant ce temps là, de Brest à Strasbourg ou de Lille à Montpellier, des associations sont à la peine pour maintenir leurs activités, pris en étau entre la baisse des moyens financiers et la forte réduction des contrats aidés.

Mais pendant ce temps là, chaque année  600 à 700 000 personnes partent à la retraite et viennent grossir les rangs de ces seniors qui pour beaucoup sont désorientés pour retrouver un équilibre, un projet de vie, du sens. Beaucoup d’entre eux n’ont jamais poussé la porte d’une association et sont en difficultés pour s’engager dans le bénévolat et trouver la mission qui fasse sens avec leurs attentes.

Il faut que l’Etat prenne conscience que cette nouvelle situation démographique est une véritable opportunité. Que ces seniors jeunes retraités sont une ressource énorme de temps et de compétences qu’il faut plus largement mobiliser pour qu’ils s’engagent dans le bénévolat au service de l’intérêt général. Il faut que l’Etat  et les Collectivités mettent en place un vrai plan de communication et de mobilisation. Ce n’est qu’une question de volonté, car enfin un sujet porteur de sens et de valeurs qui n’est pas soumis à des contraintes  budgétaires.

Qu’attendons- nous ?

Cela va faire 10 ans que JUBILACION milite pour ce projet, que des commissions ou groupes de travail ont fait le même constat et encouragent à un grand mouvement de mobilisation.

Le don de temps et de compétences aurait-il moins d’intérêt que le don d’argent ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *