décembre 2018

Faire du bénévolat est excellent pour la santé

Les études se suivent et confirment que faire du bénévolat a des effets positifs sur la santé.

Une étude britannique réalisée par les universités de Birmingham et Southampton auprès de    60 000 personnes suivis entre 1991 et 2008 , démontre que les activités bénévoles génèrent un bien-être physique et psychologique. C’est à partir de 40 ans et jusqu’à 80 ans que ces effets bénéfiques ont pu être observés sur la santé mentale.

C’est dans la tranche d’âge des 60 à 74 ans que l’on retrouve le plus de bénévoles, ces personnes ayant pris leur retraite et disposent de temps et de facultés physiques et intellectuelles intactes.

Les chercheurs expliquent ces résultats  principalement par le fait que le bénévolat permet de tisser du lien social, évite donc l’isolement et génère un sentiment d’utilité.

 

Le bénévolat sportif en crise

Un article paru dans la Gazette.fr, alerte sur la crise que rencontreraient les associations sportives pour recruter des bénévoles et principalement des Présidents et Trésoriers.

Chiffres-clés
7 Md€ : valorisation du bénévolat en France sur une année. La participation des bénévoles sportifs représenterait l’équivalent de 274 000 emplois à temps plein par an (source : Olbia Conseil, « Huit débats sur l’avenir du sport français », 2016-2017).
La France a mal à son bénévolat. A première vue, le constat ne semble guère nouveau. Un article de « La Revue juridique et économique du sport » évoquait déjà, en 2004, un « certain catastrophisme ambiant ». Sur le terrain, l’heure est à la morosité. « Oui, clairement, il existe une crise du bénévolat sportif », constate Stéphane Kroemer, adjoint au maire chargé des sports à Luxeuil-les-Bains (6 800 hab., Haute-Saône), par ailleurs élu à la Fédération française de basket-ball et à l’Andes.

Mécénat de compétences pour les Seniors de la Société Générale

Comme beaucoup de grandes entreprises, la Société Générale via sa fondation a mis en place une politique de mécénat.

Comme l’indique Céline Jouenne – Lanne, Directrice de la citoyenneté et responsable de la Fondation, dans un article paru dans FOCUS RH, « les seniors seraient les plus concernés.
Ce dispositif permet aux collaborateurs seniors de travailler à mi-temps au sein d’une association tout en restant salariés de l’entreprise. C’est une opportunité très intéressante pour préparer en douceur la transition vers la retraite tout en contribuant à l’intérêt général.
Le mécénat de compétences est proposé aux personnes qui ont 10 ans d’ancienneté chez Société Générale et qui sont au maximum à 3 ans de la retraite. C’est le collaborateur lui-même qui choisit l’association au sein de laquelle il souhaite s’impliquer, en fonction des besoins de celle-ci bien sûr et toujours via la Fondation Société Générale. »

Les grandes entreprises ont enfin compris l’intérêt de mettre en place des outils permettant le maintien des seniors dans l’emploi, tout en préparant et anticipant le départ à la retraite et en encourageant les seniors à s’engager dans le bénévolat.

A lire : http://Mécénat Fondation Société Générale