mai 2019

Les seniors s’engagent de moins en moins dans le bénévolat

Le résultat d’une enquête menée par l’IFOP pour France Bénévolat confirme la tendance d’un tassement du bénévolat des plus de 65 ans constaté depuis 2013.

L’association parle même d’une régression et lance une alerte. Le taux d’engagement des seniors est passé de 38 % à 31 % en 10 ans et au total c’est 1 700 000 bénévoles de moins sur la période.

Alors que la population des seniors et des seniors retraités en bonne santé n’a cessé de croître au cours de cette décennie, comment expliquer que les seniors s’engagent de moins en moins. C’est une tendance à contre courant du développement du bénévolat en France.  C’est comme si  ,pour certains, la citoyenneté s’arrêtait au moment du départ à la retraite.

L’association explique ce phénomène par le durcissement des conditions de départ à la retraite et l’obligation pour certains de continuer de travailler pour compenser des retraites faibles; une concurrence entre la solidarité externe et familiale, de plus en plus de seniors s’occupant de ses enfants et petits-enfants mais surtout de leurs parents confrontés au problème de la dépendance;  et aussi, ce que JUBILACION dénonce depuis sa création, un manque cruel de parole et d’actions de l’Etat et des Collectivités locales pour faciliter, encourager et développer le bénévolat des Seniors.

Nous pouvons également y ajouter, le manque de reconnaissance du bénévolat dans son ensemble.

Et pourtant, notre pays n’a jamais eu autant besoin d’engagement citoyen, afin d’assurer sur l’ensemble du territoire une action et une présence des associations, dans tous les secteurs  sport, culture, solidarité , etc….

Le sujet de la transition travail/retraite n’a toujours pas été réglé, et  même si le mécénat d’entreprises a été développé ces dernières années, grâce à la loi Aillagon, cela ne concerne encore que les grandes entreprises et encore pas toutes.

Les combats portés par JUBILACION restent donc toujours d’actualité et nécessaires.

  • La mise en place dans le cadre de la gestion de fin de carrière, d’un accompagnement et d’une information permettant aux futurs retraités de préparer leurs projets de vie en retraite en leur donnant l’envie et les clés pour qu’ils s’engagent dans des missions d’intérêt général.
  • Une politique d’incitation des pouvoirs publics à l’engagement des seniors dans le bénévolat, en mettant en avant les effets bénéfiques pour eux et la collectivité.
  • Une meilleure reconnaissance du bénévolat, en accordant un crédit d’impôt même symbolique de 50 à 100 €pour ceux qui s’engagent durablement.

Le bénévolat a de plus en plus sa place dans une société que certains souhaitent plus participative et contributive.

Le problème du bénévolat est peut-être qu’il est désintéressé !!